Logo
Imprimer cette page

Le plan B de l’ADF/RDA

Me Gilbert Ouédraogo, président de l'ADF/RDA Me Gilbert Ouédraogo, président de l'ADF/RDA

Nous le savons maintenant. Ils prennent plaisir à nous faire peur. Il y a un mois, ils nous avaient annoncé pour le 23 septembre, cette rencontre Majorité-Opposition à Kosyam. Comme nous étions en pleine crise politique, nous étions dans l’attente, angoissés de savoir ce qui allait sortir de cette rencontre inédite.

 

Pendant que le pays est toujours dans l’agitation, voilà qu’on nous annonce la tenue d’un Conseil extraordinaire de ministres pour ce mardi 21 octobre. Pourquoi une annonce, une semaine avant ? Pourquoi un Conseil extraordinaire un mardi alors qu’il suffit d’attendre le lendemain mercredi pour tenir un Conseil ordinaire de ministres ?

Pourquoi ? Une volonté délibérée de nous faire peur. Et nous revoilà à nouveau plongés dans l’émoi.

On ne connaît pas l’ordre du jour de ce Conseil extraordinaire d’aujourd’hui, mais en tout état de cause, les ministres ne sont pas habilités à dialoguer sur le dialogue. Ou plutôt, ils peuvent dialoguer, mais ils ne peuvent pas prendre des décisions qui concernent le dialogue parce que la question du dialogue n’est pas une question de gouvernance mais plutôt une question politique.

Par conséquent, celui qui détient le pouvoir de dialoguer puis de trancher sur le référendum, c’est le parti politique CDP. C’est ce parti, en effet, qui assume le pouvoir d’Etat par Blaise Compaoré interposé. C’est donc lui qui doit trouver une solution à la crise.

On peut légitimement penser qu’à ce Conseil extraordinaire, les ministres dialogueront sur Ebola et sur Balla le pétrolier, mais pas sur l’Article 37, ni sur le référendum qui sont l’affaire du CDP, le parti qui nous gouverne.

Le CDP… Moi, si j’étais Blaise Compaoré, je ne donnerais pas un carton vert à mon CDP. Parole d’élucubreur-observateur, les gars du CDP, je ne les trouve pas, comment dire, je ne les trouve pas percutants, ni offensifs. Même à la télé, ils parlent gentiment… comme ça… mollement… nonchalamment… traînant les pieds… comme ça, comme des enfants de chœur. Pas avec du tonus. Dans l’histoire, on n’entend qu’un seul camp.

C’est comme si dans l’autre camp, il n’y avait pas un Loada, un Ibriga. La seule fois que j’ai vu et entendu à la télé une voix autorisée défendre la position du parti avec des arguments, c’était le député Eddie Komboïgo à Banfora. Eddie Komboïgo est sans doute un expert-comptable de renom, mais pas un juriste reconnu.

Ta gueule, Toégui !

Ma gueule ? D’accord, je la ferme. Mais vous lisez les internautes tous les matins dans tous les journaux non ? Vous écoutez les émissions matinales des radios FM non ? Et à la télé… Vous avez suivi le débat sur Canal 3 ? Saran Sérémé face à Maxime Kaboré… ?

Ma gueule… ma gueule… Et s’il n’y avait pas Hermann ? Hein !? Et s’il n’y avait pas Hermann qui n’est pas du CDP ?! Et s’il n’y avait pas Alain Zoubga qui n’est pas du CDP ?

Où est-ce que j’en étais ? Oui, le Conseil extraordinaire de ministres de ce jour mardi, à la veille d’un mercredi, jour de Conseil ordinaire. Réflexion faite, je garde mon calme. Pas de panique. Si par contre, on avait annoncé une réunion extraordinaire du Bureau Politique du CDP, élargi au Front Républicain, élargi à la FEDAP/BC, élargi aux ABC, élargi aux Tontons-Tanties, élargi à Ambroise Tapsoba, élargi à Alpha Yago, élargi à Benjamine Douamba, élargi à tout ce beau monde, pour sûr, chaque instant, avant le jour «J» j’allais faire KK et pipi.

Ça vous dit, une petite histoire vraie ? Ce n’est pas parce qu’il y a aujourd’hui un Conseil extraordinaire de ministres qu’on ne va pas raconter une histoire.

Jérémie Tinga Ouédraogo est l’un de mes trois ministres préférés. J’aime son look très Mochichi. Lorsqu’il est en veste-cravate modèle Parisien, il en impose. Idem quand il est en costume Mao. Mais son chic de chic, c’est son boubou bleu à rayures.

Un jour, j’écoutais le journal parlé de la Radio nationale. A un moment donné, le journaliste parla du «Ministre Jérémie Ouédraogo». Je me redressai, l’air étonné. Un ministre du nom de «Jérémie Ouédraogo» ? Je n’avais jamais entendu ce nom. Quel ministre est-ce ? Jérémie Ouédraogo !

Je cherchais dans ma tête lorsque le journaliste revint sur le nom en parlant cette fois du ministre Jérémie Tinga Ouédraogo. Je soupirai. Ah bon ! Faut pas confondre les choses. Au Mochichi ce qui est au Mochichi. Jérémie Tinga Ouédraogo, c’est différent de Jérémie Ouédraogo.

Un monsieur très doué m’a dit que je devrais abandonner les élucubrations pour faire de la politique parce que si je ne fais pas la politique, c’est la politique qui me fera. Très bien. Je ne ferai pas la politique, et j’aimerais bien que la politique me fasse.

Comme beaucoup d’entre vous, je ne comprenais pas très bien la position de l’ADF/RDA dans la crise que nous vivons. Mais cette semaine, Gilbert Noël Ouédraogo s’est longuement expliqué dans la presse. Ne vous en déplaise, je sais à présent qu’il a la tête sur les épaules, le garçon. Sa collaboration avec le CDP, j’allais dire avec Blaise Compaoré, c’est uniquement stratégique.

D’abord, il s’agit d’une collaboration limitée dans le temps, décidée de commun accord : 5 ans, c’est-à-dire jusqu’au terme du mandat présidentiel en cours. En contribuant à la réalisation du programme de Blaise Compaoré par sa participation au gouvernement, l’ADF/RDA renforce sa notoriété.

Toutefois, la conquête du pouvoir d’Etat en 2015 reste son objectif et c’est pour cette raison qu’il prône la non révision de l’Article 37. Néanmoins, compte tenu de ses convictions, il ne s’oppose pas à la tenue d’un référendum mais prévient qu’il fera campagne pour le NON si ce référendum avait lieu.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette stratégie s’est révélée payante pour le parti qui occupe le second rang depuis les dernières législatives parmi une centaine de partis, il faut le dire. Avec la situation de crise que nous traversons l’ADF/RDA se trouve ainsi être le parti politique le plus courtisé. De fait, le sort du pays est dans les mains du parti de l’Eléphant.

Si l’ADF veut référendum, y aura référendum. Si l’ADF veut révision de l’article 37, y aura révision de l’article 37. Si l’ADF ne veut pas Sénat, n’y aura pas Sénat. Et le parti donnerait raison aux Mochichinautes de Mochichi FM qui estiment que ce n’est pas à l’ADF/RDA d’aller au CDP, mais c’est au CDP d’aller à l’ADF/RDA parce que ce n’est pas l’éléphant qui s’adosse à quelque chose, c’est quelque chose qui s’adosse à l’éléphant.

Mais j’ai idée que Gilbert n’est pas conscient de sa force sur l’échiquier national en ce moment. Il donne même plutôt l’impression de manœuvrer comme s’il était Tête de rat ou Queue de lion. Voilà un génie politique qui s’ignore. C’est pourtant la première fois que un «1 pied dedans 1 pied dehors» se retrouve maître du jeu.

Moi, si j’étais à la place de Gilbert Ouédraogo, je savais ce que j’allais faire. Je ferais monter les enchères haut haut, haut comme ça. D’abord, le poste de Premier ministre, c’est dans ma poche. Avant même qu’on ne commence à dialoguer. Et quand je dis dialoguer, il s’agit ici d’un dialogue d’une autre nature et non ce soit-disant dialogue inclusif mort-né avant même que l’on ne sonne la fin de la récréation.

Le poste de Premier ministre étant acquis, le dialogue peut commencer avec comme premier point de l’ordre du jour cette piqûre de rappel : moi ADF/RDA, je suis un libéral. Un vrai. Un Houphouëtiste tenant mon origine de Bamako en 1946. Je ne suis pas comme l’autre, ce néo-libéral de Zéph. Ni comme l’autre, ce social-libéral d’Ablassé.

L’un et l’autre sont plus proches du socialisme que du libéralisme. Etant donc un libéral pur et dur, dans mon programme de gouvernement, la priorité reviendra au secteur privé. Les autres avaient privatisé l’ONATEL cadeau. C’est bien mais ce n’est pas arrivé. Il faudra donc qu’on voie le cas de la SONABEL, de l’ONEA, de la SONAPOST… Et les princes du Golfe frappent à la porte.

Pour enfoncer le clou, je mettrais dans la balance une autre exigence : la restitution de la Maison du peuple qui, comme chacun le sait, est une propriété de l’ADF/RDA acquise sur fonds propres de la manière la plus légale possible, et ce, avant la naissance de madame Nestorine Sangaré. Mais doucement !

Chaque chose à son temps. Rien ne presse. Après le fauteuil de Premier ministre viendra le fauteuil de Président du Faso. La Maison du peuple redeviendra la Maison du parti si Dieu prête longue vie à la démocratie au Faso. Moi, Toégui.

 

Charles Guibo

Commentaires   

+1 #21 Morbiga 22-10-2014 08:31
Gilbert, si il ose donner une position favorable à la mise en place du Sénat ou de la révision de l'article 37; c'est comme si il venderai son droit d'ainesse. Pendant ou après Blaise Compaoré que j'honore en tant que président ne serai plus JAMAIS président au Burkina Faso. En europe quand un homme politique trahit son entourage pour un intérêt particulier, il signe son arrêt de mort en politique. Ne nous pressons pas. Attendons de connaitre la position du DUC du YATENGA et nous verrons ensuite où le classer.
Citer
-1 #20 Proc 21-10-2014 17:39
Blaise n'a pas vraiment bseoin de l'ADF/RDA. Blaise a seulement besoin d’une majorité simple à l’assemblée nationale. 1/2 de 127 donc 64 députés. Or le CDP a 70 députés + 11 députés de la mouvance présidentielle = 81. Même si parmi les 81, il y a des gens qui sont contre la révision ils ne valent pas 18. Donc ça passe.
Ensuite on va au référendum conformément à l’article 164. Même si c’est par bourrage ou vol d’urnes, le OUI l’emporte. L’article 37 est révisé.
Blaise se présente en 2015. Même scénario que pour le référendum. Bourrage ou vol d’urnes. Blaise est encore président.
Chacune de ces étapes peut mettre le pays à feu.
Tout ce que je souhaite c’est que mon pays ne s’enflamme pas.
Citer
+1 #19 anta 21-10-2014 15:41
La désobéissance civile est le refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique. Si la désobéissance civile est une forme de révolte ou de résistance, elle se distingue pourtant de la révolte au sens classique. La révolte classique oppose la violence à la violence. La désobéissance civile est plus subtile : elle refuse d'être complice d'un pouvoir illégitime et de nourrir ce pouvoir par sa propre coopération.Cha ssons l'usurpateur!
Citer
+1 #18 anta 21-10-2014 15:24
Chassons l'usurpateur et tous ses acolytes et tous ses sbires et tous ses succubes et incubes!Sortons nombreux le 29 pour chasser l'usurpateur!To égui et madame Toégui et toutes les pagbanaaba; sortons pour chasser l'usurpateur!
Citer
-1 #17 ROOGA 21-10-2014 15:19
Le parti de l'avenir. Vous êtes le seul bon et vrai parti du BF. Me GNO on te soutiens, la génération éclairer d'afrique de l'ouest et du BF te soutienne..Abba t les zalousie...Dema in vous aurez tous honte...
Citer
-1 #16 phénix 21-10-2014 14:28
l'ADF-RDA n'a de leçon à recevoir de personne. Ce parti est structuré et de belle manière. Que les pseudo analystes politiques ou soit disant observateurs de la vie politique nous épargnent de leurs analyses fallacieuses et pleines de subjectivités. je ne sais pas ces gens vont chercher leurs stratégies, dans quelle bataille a t-on vu l'ennemie armer ou conseiller son adversaire pour que ce adversaire triomphe. Merci pour vos précieux conseils, si l'ADF est aujourd'hui, comme vous le dites le faiseur de Roi, ce ne n'est grâce à vos conseils.
cordialement, Militant de l'ADF-RDA.
Citer
+1 #15 GILDAS EROBAK 21-10-2014 14:12
Etant donné que le gouvernement va soumettre son projet de révision de la constitutions à l'assemblée bientot, l'ADF RDA fera une bonne affaire au CDP.
Mais attention, ce que Togui a oublié , on peut trahir le peuple une fois mais tout le temps . Pour dire que l'ADF RDA SIGNE EN MEME TEMPS SON ARRET DE MORT CAR AUX PROCHAINES ECHEANCES ELECTORAUX IL N'ENGRANGERA RIEN , NI AUX MUNICIPALES NI AUX LEGISLATIVES.
Honnorables de l'ADF RDA rentrez grandis dans l'hitoire en méditant bien ce adage qui dit que : IL FAUT TOURNER 7 FOIS SA LANGUE AVANT DE SE PRONONCER.
Citer
0 #14 phénix 21-10-2014 14:03
A César ce qui est à César. Me Gilbert est un vrai stratège politique n'en déplaise à d'autres. le contrat avec Blaise prend fin en 2015, le cap est donc mis pour Kossiam.
Citer
0 #13 Tambi 21-10-2014 12:12
Me GNO, c'est réellement l'homme qui a de l'avenir. Quand on fait de la stratégie politique, on le fait de bonne foi. Et lui sait bien le faire. Merci Toégui!
Citer
0 #12 Nafissatou 21-10-2014 12:09
Nabiiga, le cours de l'histoire ne va pas forcément dans le sens que vous souhaiter! Souffrez que l'enfant là, Me Gilbert Ouédraogo soit un vrai malin politique! Et il a intérêt à reclamer le poste de PM!
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.