Logo
Imprimer cette page

Rentrée politique ADF-RDA : Au rythme de «Tond nina poukamè» (1)

Gilbert Ouédraogo, président de l'ADF/RDA Gilbert Ouédraogo, président de l'ADF/RDA

L’ADF-RDA (Alliance pour la démocratie et la fédération – Rassemblement démocratique africain) a célébré avec faste sa rentrée politique le 28 octobre 2017 au CENASA. Devant militants et représentants de partis, Gilbert Noël Ouédraogo, qui en est le président, revient visiblement gonflé à bloc pour remettre le parti de l’Eléphant sur orbite. Et comme pour prouver qu’ils ont retenu la leçon, lui et les cadres du parti ont dansé au rythme de la chanson « Tond Nina Poukamè ».

 

A cette rentrée politique sur fond de mea-culpa, le maître de cérémonie a courageusement pris les devants, clamant : « L’erreur, c’est comme cette histoire des dents et de la langue. On ne se résigne pas. Quand les dents mordent la langue, on n’arrache pas pour autant les dents. »  

Le président du pari, Me Gilbert Noël Ouédraogo, dans une sortie qu’il peut classer en bonne place parmi ses discours d’anthologie, tant la verve était au rendez-vous, a enfoncé le clou : « Nous avions pris une décision (Ndlr : soutien à la révision de l’article 37) que nous pensions bonne. Nous l’avons prise de bonne foi. C’est pourquoi nous n’avons pas hésité à demander pardon…j’ai été indexé comme étant le responsable de la survenue de l’insurrection. J’ai été meurtri dans ma chair parce que j’aime ce peuple. Je suis aujourd’hui motivé à gagner la confiance des Burkinabè. »

Pendant une trentaine de minutes, celui qui a reconnu que son parti avait fait « fausse route » a tenu en haleine des militants survoltés et visiblement prêts à lui pardonner. L’occasion était également belle pour Me BoubaYaguibou, qui a été visiblement au four et au moulin pour qu’il y ait une bonne ambiance, de revenir sur le rapport général après une réunion du Bureau politique national, non sans envoyer de pique en relation avec l’actualité chaude du moment en commençant en ces termes : « Le trac et l’émotion sont au rendez-vous, mais je vais essayer tranquillement, pour ne pas dire tranquillos, de vous lire le rapport. »

En substance, le BPN a prôné la réconciliation, plaidé pour des actions en vue de réduire la vulnérabilité des populations du Sahel, durement touchées par l’insécurité, et loué le Programme d’urgence pour le Sahel. Dans le même registre, le président du parti a poussé ce cri d’alarme : « Si d’ici là des mesures énergiques ne sont pas prises, il y a le risque de dire adieu au Nord et de voir la carte du Burkina changée. »

La principale information du jour est que, par le truchement de cette rentrée politique, le parti de l’éléphant annonce son retour après avoir pansé ses blessures. Foi du patron du parti, il faudra dorénavant compter avec l’ADF-RDA, qui n’a pas du tout perdu en ambitions. Gilbert Ouédraogo, qui se prénomme par ailleurs « Namdouda » (Ndlr : dans la langue du terroir, « celui qui est prédestiné à conquérir le pouvoir »), veut affûter ses armes pour la présidentielle de 2020.

Et pour ce faire, un ambitieux plan de relance du parti est envisagé. «L’ADF-RDA a entamé sa traversée du désert, comme Moïse. L’ADF-RDA est là et entend jouer sa partition», a-t-il annoncé avec force. La preuve que le parti voit désormais très clair et que la leçon a été bien apprise, c’est cette prestation mémorable du présidium sur la piste de danse, avec pour principal maître le président du parti lui-même. C’était au rythme du morceau «Tond nina Poukamè» de l’iconoclaste chanteur Jean Zoé. Tout un symbole !

 

Issa K. Barry

(1) Nos yeux sont bien ouverts

Commentaires   

0 #2 Neilson 30-10-2017 22:52
C'est plutôt sur la musique " lebga trop tard" que Gilbert et son BPN devaient"danser "! C'est honnête de reconnaître que c'est par ta faute er ta faute seule que l'insurrection a eu lieu; mais comme Moïse a erré quarante ans dans le désert avec le peuple d'Israël, accepte de te préparer pour 2025, pas avant!
Citer
0 #1 Sidzabda 30-10-2017 09:01
on ne monte pas deux fois sur les choses d'un aveugle. et je tiens à dire à Gilbert, après la confiance, c'est la méfiance.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.