Logo
Imprimer cette page

Les Elucubrations de Toégui : Et Tahirou Barry en eut assez…

Les Elucubrations de Toégui : Et Tahirou Barry en eut assez…

Dix millions de Burkinabè me sont témoins. C’était il y a 3 jours, le samedi 4 novembre. Au journal de  19 heures de la Radio nationale, le présentateur de service s’exprima en ces termes :

- On a retrouvé des barriques d’or dans les mines de Poura. (Point barre). Le maire de Poura viendra tout à l’heure nous donner  de plus amples informations. (Point barre).

Je le répète, je parle sous le contrôle de 10 millions d’auditeurs. Ecoutez-moi bien. Le journaliste n’a pas pris un ton interrogatif comme ceci :

- On a retrouvé des barriques d’or à Poura ?

Non, il avait un ton affirmatif. Comme ceci :

- On a retrouvé des barriques d’or à  Poura. (Point barre).

Des barriques d’or. Pourtant nous n’étions pas en avril, encore moins un 1er avril pour que la radio nationale nous joue une farce de mauvais goût.

Ne voilà-t-il pas qu’au moment de boucler le journal parlé, et après avoir débité des bla-bla-bla  sur les élections au Kenya et au Liberia, puis des boniments sur le Tour du Faso, Monsieur le journaliste demanda aux dix millions d’auditeurs de considérer l’information qu’il avait donnée à l’instant à propos des barriques d’or à Poura comme nulle, non avenue et de nul effet. En d’autres termes, à Poura on n’a rien retrouvé comme barriques, encore moins, de barriques d’or. Circulez ! A  Poura on aurait plutôt retrouvé de vieux sachets noirs qui contiennent des déchets à l’odeur de KK sec.

C’est quoi cette histoire ?! Il y a moins de 10 minutes, la radio d’Etat nous annonce la découverte de barriques d’or dans la première mine du pays et dans la foulée elle nous demande de faire table rose sur ce scoop. De faire comme si on avait jamais entendu parler de barrique d’or. Ça ne se passera pas comme ça et rien ne sera plus comme avant. On vous connaît !... Les barriques d’or sont bien là. Oui, on vous connaît ! Président  Ibriga, n’est-ce pas qu’on les connaît ?! Allez allez ! Envoyez vite vos fins limiers à Poura. Et faites fouiller de fond en comble tous les camions  en provenance de cette  ville. Les barriques d’or sont bel et bien là. D’ailleurs quelqu’un vient de le confirmer sur les réseaux sociaux. Il a vu quelqu’un qui a vu quelqu’un qui a vu quelqu’un qui a vu les barriques avec des briquettes en or entassées dedans.  Rendez-nous nos barriques d’or.

Rendez-nous nos barriques d’or. Voilà  qui rappelle le cri de ralliement des militants UPC s’adressant à leurs députés frondeurs : rendez-nous nos mandats !

Je crois vous avoir dit qu’autant j’élucubre en chantant lorsque j’ai affaire à un parti puissant, puissant et démocratique, autant je me garde d’élucubrer lorsque j’ai affaire à un parti Tête  de rat ou  à  un parti Queue de lion. Je sais de quoi je parle. Pour une élucubrette, les partis derniers cités m’enverraient sans coup férir au poteau n°5 pour me couper la tête. Ils  l’ont déjà fait plus d’une fois. Mais l’UPC est un parti puissant, puissant et démocratique comme je les aime. Je peux donc élucubrer démocratiquement avec le Lion et même lui caresser la crinière.

D’ailleurs, je l’avoue je ne suis pas loin d’être UPCiste. Et même si je ne suis pas UPCiste, je suis Zéphile, c’est-à-dire un admirateur de Zéphirin Diabré. Ça remonte jusqu’à la Brakina. Zeph avait pris la parole à l’occasion du mariage d’un de ses amis. Un certain Elisée. Elisée Kiemdé je crois.

Zeph s’était exprimé sans le moindre papier en main. Je me rappelle très bien à la fin de son discours, mon voisin m’avait soufflé :

- Ce garçon ira loin.

Mon voisin ne croyait pas si bien dire. Et c’est parti très vite. Toujours plus haut. Député… Ministre… CES…. Harvard… PNUD… AREVA… Mais allons droit au but : la crise à l’UPC, parlons de ça.

Comme vous savez, je suis toujours en retard d’un buzz. Lorsque Ouaga bouillonne de quelque chose, je suis dans la lune. Rafraîchissez-moi  donc la mémoire.

Qu’est-ce qui se passe dans le parti du Lion ? Des députés frondeurs qui ne demandent qu’à être exclus du parti et qu’on n’exclut pas ? Des députés frondeurs qu’on aimerait voir démissionner du parti  et qui ne démissionnent pas ? C’est à n’y rien comprendre. Et personne n’ose franchir le pas ? Ni ceux qui doivent prendre la décision d’exclure ni ceux qui devraient courageusement prendre la décision de démissionner ? On est où là !? Et vous appelez ça une crise ? Vous plaisantez ! Moi je vais voir ailleurs. C’est quoi cette histoire ?

Vous là-bas… Pouvez pas exclure si de l’autre côté ça ne démissionne pas ?

Vous là-bas ! Pouvez pas démissionner si de l’autre côté ça n’exclut pas ?

Vous, les uns et les autres… Vous les autres et les uns, est-ce que vous savez qu’en ne faisant pas ce que vous devez faire vous empoisonnez l’atmosphère ? Parce que tout simplement vous voulez le beurre et l’argent du beurre ? Sachez donc que pour avoir des profits il faut souvent passer par des pertes et que les pertes d’aujourd’hui peuvent se traduire en profits de demain.

Voici deux semaines que la nouvelle de la démission de Tahirou Barry est tombée. Comme une bombe à fragmentation. Je suis toujours dans la déprime.

Tahirou Barry c’est garçon dèh ! Il est parti sans que personne n’y ait vu venir. Même pas Remis Dandjinou. Même pas Newton Ahmed Barry.

Laurent Bado ? Vous me demandez si Laurent Bado a vu venir ? Je n’en sais rien mais il y en a qui disent que dans ce départ de Tahirou Barry si le président du PAREN n’est pas le problème il en est la solution.

En tout cas, s’il y a quelqu’un que la démission de Tahirou attriste, c’est bien moi Toégui. Figurez-vous qu’il se trouve en bonne place dans mon Top 10, ce petit carnet secret où il y a le nom de mes Hommes du Faso. Mes Emmanuel Macron. Mes Macron qui prendront le départ en 2020. Avec ou sans députés frondeurs. Avis à tous les présidents fondateurs. Je sais, vous avez vous aussi vos petits Emmanuel Macron mais vos Emmanuel Macron ne sont pas mes Emmanuel Macron. Vous verrez bien en 2020 que mes Emmanuel Macron sont les meilleurs. Qu’importe que vous ayez des députés frondeurs ou pas. Safiatou Lopez, vous connaissez ?

J’ai bien décortiqué les adieux lyriques de Tahirou Barry. « J’en ai assez de ci ». « J’en ai assez de ça ». J’ai tout compris. Tahirou a quitté à jamais la scène politique. Mais il a pris soin de nous faire savoir qu’ayant officié durant 22 mois dans le saint des saints il a découvert que notre pays est allé à vau-l’eau. Il ne reste plus qu’à mettre la clé sous le paillasson. Néanmoins j’aurais  aimé  qu’il nous fasse savoir qui est « notre capitaine aux réactions de vieux cow-boy ». Je regrette aussi que notre ministre de la Culture soit parti sans avoir restitué les noms culturels des quartiers de Ouaga. Et de nous dire qui a eu cette idée ridicule d’attribuer des numéros à nos quartiers séculaires. Je ne sais pas où j’habite et je ne suis pas seul dans ce cas.

Allez ! On se quitte. Mais je vais vous dire, mardi prochain ne me ratez pas du tout. Mardi prochain je vais donner ma tête à couper. Soyez au rendez-vous même si c’est à la 25e heure.

Vous en voulez un bout ? Voilà, mardi en 7, je vais mettre mes 2 pieds dans le plat. Tendez l’oreille… je vais vous faire connaître mon avis sur la crise au sein de l’UPC. Dans l’UPC 1 et dans l’UPC 2. A mardi !

Et c’est pas fini ! Vous avez encore comme à l’accoutumée fait une mauvaise querelle à notre ministre d’Etat, ministre de la Sécurité pour avoir fait son boulot en tant que 1er flic du pays et en pleine période de terrorisme. Vous en avez trop fait et je vais vous dire pourquoi.

 

Charles Guibo

 

Commentaires   

+1 #2 Sidzabda 07-11-2017 13:32
bonjour chers internautes!
dans la parution du mardi 07 novembre en version dure, l'observateur a publié le forum des internautes sur la marche du samedi 04 novembre. j'ai participé à l'animation de ce forum mais quelle ne fut ma surprise de voir des internautes, au lieu d'analyser et de contribuer à l'article se rabattent sur les propos des autres et les qualifie de menteurs. je tiens à dire aux internautes que c'est parce que c'est anonyme, sinon chacun sait la portée de ses propos. si le MBDHP décide d'attaquer le journal, l'auteur du commentaire est vite trouvé et il répond, donc je sais de quoi je parle. le MBDHP n'est pas l'unique oranisatrice de la marhce et d'autres OSC peuvent ne pas vouloir que ça aille mieux. donc elles peuvent avoir une organisation parallèle. si une enquête de la gendarmerie mettait la main sur le jeune en question, on peut avoir des conversation téléphoniques comme du genre : "j'ai pu avoir trois mini-cars qui vont faire la navette. sur chaque car j'ai mis des jeunes qui vont mobiliser les autres. le carburant des cars est assuré". quel est le sens de ces propos? je n'ai pas peur de mes propos et quand on voit le rythme de vie de ce jeune, nul doute qu'il y a quelque chose. alors, je demande aux internautes Oly et Carter de se connaitre et non pas chercher à connaitre l'autre car j'ai des informations sur lesquelles la crédibilité n'est pas douteuse. on peut pas faire des études en journalisme et avancer des propos dont on n'est pas sur de sa véracité.
Citer
0 #1 Nobga 07-11-2017 13:03
Ils ne veulent pas seulement le beurre et l'argent du beurre, ils veulent également la vendeuse de beurre...
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.