Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Boko Haram : Le Tchad de nouveau dans l’œil du… « Chacal »

Par quel tentacule pendre haut, court et serré la pieuvre islamique Boko Haram ? On ne cessera de se poser la question tant chaque jour qu’Allah fait, la secte fondamentaliste nigériane sème la mort, cette mort d’innocents dont elle se repaît et s’enorgueillit à travers les vidéos et les réseaux sociaux.

 

En moins d’une semaine, la courbe, sans cesse ascendante de sa comptabilité macabre, vient de faire un bon. Avec d’abord, dimanche dernier, l’attentat suicide perpétré à Diffa, au Niger, qui a tué six personnes dont un gendarme.

Quelque deux jours après, ce fut au tour du Tchad de subir, pour la quatrième fois consécutive, la furie meurtrière de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest, ex-Boko Haram.

En effet, dans la nuit de lundi à mardi, les hommes d’Abubakar Checau ont lancé un assaut contre une position de l’armée tchadienne à Lithie près de la localité de Kaïga Ngouboua. Bilan : onze soldats tués et une quinzaine de blessés.

Toutefois, selon des sources sécuritaires, l’armée régulière est parvenue à repousser les assaillants dont une trentaine est restée sur le carreau, et a même exercé son droit de poursuite des terroristes sur le territoire nigérian.

Cette attaque est intervenue au moment où le chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby Itno, est en séjour à Paris au sujet de la crise centrafricaine et a sans nul doute évoqué avec son homologue français, François Hollande, l’épineuse question de la menace djihadiste.

Un assaut qui sonne à la fois comme une nique et tombe comme une douche froide sur « Super Deby » dont les hommes ont permis de desserrer l’étau du groupe salafiste autour de la zone frontalière entre le Nigeria, le Cameroun et le Niger.

Ayant adopté la perfidie comme mode opératoire avec, entre autres, l’instrumentalisation de gamins en kamikazes et l’usage de faux malades pour achever des blessés transportés d’urgence dans des centres de soins, Boko Haram veut montrer que rien ni aucun Etat ne pourront l’empêcher d’accomplir sa funeste besogne.

Mais le « Chacal », ainsi que l’on désigne le chef de la secte, et ses hommes se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’au coccyx s’ils pensent que le mal est éternel. Certes ils parviendront encore à déjouer la vigilance des forces de sécurité qui patrouillent dans les localités situées dans leurs zones d’intervention. Certes ils parviendront encore par la guerre asymétrique à donner du fil à retordre aux armées régulières. Mais la victoire finale appartiendra, tôt ou tard, aux forces loyalistes.

Toutefois pour cela, il est urgent de passer à la phase opérationnelle de la Force multinationale mixte dont la finalisation est intervenue le 22 août dernier au Tchad à l’issue d’une réunion des chefs d’états-majors des cinq pays concernés.

 

Alain Saint Robespierre

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut