Menu

Blocage des activités judiciaires : La réaction de Me Prosper Farama

 

Consécutivement à la suspension de la participation des avocats du Burkina Faso à toutes les audiences des cours et tribunaux sur toute l’étendue du territoire pour 96h à compter du mardi 23 avril 2019, la reprise de l’audience du procès du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015 a aussitôt été grippée. Les maîtres de la parole ont informé Seidou Ouédraogo et les autres membres du tribunal de la tenue, la veille, de l’assemblée générale extraordinaire des avocats et des décisions qui en ont résulté. Etant donc dans l’impossibilité de plaider, ils ont souhaité le renvoi du dossier au 30 avril prochain ; une requête à laquelle ont accédé les juges de la chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou. Pourquoi ce nouveau report et quel est l’objectif visé à travers cet arrêt de travail ? Est-ce que la décision de suspension rencontre l’assentiment de tous les avocats ? Me Prosper Farama a apporté des réponses à ces questions hier à l’issue du renvoi de l’audience du putsch manqué.

En savoir plus...

Décès de suite de couches : «L’hémorragie en est le premier coupable» (Mariam Nonguierma, présidente de l’ASFB)

 

Le taux de mortalité maternelle aurait-il augmenté ces derniers temps au Burkina ? Même s’il n’y a pas eu d’étude récente sur le sujet, c’est en tout cas ce que laissent croire des informations véhiculées actuellement par les réseaux sociaux. Pas un seul jour sans qu’on publie une information relative au décès d’une femme des suites de couches. Carnet de santé s’en est ouvert à la présidente de l’Association des sages-femmes du Burkina, Mariam Nonguierma, qui assure que ce n’est qu’une perception, car il n’y a pas plus de décès liés à l’accouchement. Tout en déplorant ces décès, elle relève différentes situations qui peuvent provoquer la mort de suite de couches.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS