Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Mobilisation sécuritaire contre Zaïda : L’art de fabriquer de faux héros

Pascal Zaïda Pascal Zaïda

Samedi dernier, une armada de policiers a été déployée pour contrer l’offensive de l’activiste Pascal Zaïda, qui tenait mordicus à ce que sa marche-meeting se fasse.

La confrontation s’est achevée par l’arrestation de l’organisateur et de certains de ses lieutenants. Le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, qui s’était enflammé lors de la rentrée politique du MPP, demandant même à voix haute : « Pour qui il se prend, ce Zaïda ?», a eu certainement sa revanche, lui qui tenait à prouver que le pays était bien géré.

Même si son baroud d’honneur s’apparente à l’usage d’un lance-flammes pour tuer une mouche. Pascal Zaïda avait-il besoin de tant d’honneur, lui qui, comme il fallait s’y attendre, n’a pu mobiliser plus d’une dizaine de personnes ?

La montagne a accouché d’une souris et, aujourd’hui le chef de la colonie embastillé, voici en création un martyr à moindres frais. Et que dire de cette impression de deux poids deux mesures ? Lors de la libération de Djibrill Bassolé, le Balai citoyen avait manifesté et sans autorisation. Le pouvoir et le parti au pouvoir n’avait pas, à cette occasion, sorti l’artillerie lourde.

Combien de policiers pour un marcheur ? Si l’ardeur utilisée pour mettre hors d’état de nuire Pascal Zaïda était d’usage dans la lutte contre le terrorisme ou dans la construction du pays tout court, notre monde s’en trouverait à coup sûr changé.

« Tout ça pour ça ! » peut-on s’exclamer en se demandant du même coup où va ce pays dans lequel toutes les énergies des autorités sont orientées vers le règlement de situations qui s’apparentent aux actualités sur Facebook, où les faits divers et l’anecdotique sont rois.

Et en la matière, ce ne sont pas les thèmes qui manquent : missions présidentielles et ministérielles, soirées de récompenses, ateliers et séminaires, libération de Djibrill Bassolé, démission de députés de l’UPC, agression d’Adja Divine ou d’Azata Soro et tutti quanti.

Pendant que sont formulés vœux pieux et incantations prononcées, la sécurité, les hôpitaux publics et les voies bitumées se meurent.  

Issa K. Barry

 

Dernière modification lelundi, 23 octobre 2017 19:07

Commentaires   

0 #6 Rawa 25-10-2017 07:50
je pense que l'état est dans son rôle d'interdire toute manifestation de nature à semer la trouble dans le pays. Rappelez vous que meme sous blaise ces genre de manifestions étaient constamment interdit! je pense que l'intérêts collectif prime sur les intérêts individuels. Du reste refuser à se conformer à une decision d'autorité s'apparente à une Ignorer violation de loi par conséquent puni comme prévu!!!!!!
Citer
0 #5 Zaïdanose 23-10-2017 15:50
Pascal Zaida est le prototype de personne versatile au gré des politiciens qui le manipulent. Son comportement ressemble à celui des personnes sans foi ni loi. Il est paradoxal que Zaida et sa horde d’énergumènes se déportent à la mairie pour exiger une réponse à leur projet de meeting le 21 octobre 2017.Il n’a pas besoin d’une quelconque réponse puisqu’il a déclaré qu’avec ou sans autorisation, il tiendra le meeting. Il veut jouer au Zorro, au super hors la loi. Il veut défier toute l’autorité de l’Etat. Les services de sécurité l’ont suffisamment mis en garde. Par conséquent, il sera responsable des conséquences de sa folie stupide. Il se trompe, quand il aura des difficultés avec la loi, personne ne le défendra, même pas les politiciens qui le manipulent. Il sera victime de sa Zaîdanose, un néologisme qui est synonyme de névrose politique, dont les symptômes sont la frénésie pour le sensationnel, qui pousse à se gonfler comme une grenouille jusqu’à l’éclatement. Ce monsieur veut prendre les vessies pour des lanternes.
Citer
0 #4 LoiseauDeMinerve 23-10-2017 15:43
Tous les chroniqueurs de l’émission paraissant tous les dimanches à 11 Heures sur BF1 sont des pseudos juristes ou anarchistes ; seul l’avocat KYELEM semble objectif dans ses propos. Tous les autres aigris, fils supposé ou ayant perdu leur gombo avec le propriétaire des puits de pétrole du Burkina, passent leur temps à peindre tout en noir et ne souhaitent que le retour au pouvoir du parrain la mafia "Brigade Compaoré"
Citer
0 #3 Neilson 23-10-2017 09:59
On ne poursuit pas un petit lièvre en plaisantant; et ce sont les ruisseaux qui forment les fleuves. Le cas du balaie citoyen peut être considéré comme une erreur mais il ne faut pas laisser les erreurs se répéter; nous avons vue sur BF1 la fameuse marche de Zaïda, en toute sincérité vingt personnes tout au plus! Alors, faut il laisser deux pelés et trois tondus semer la pagaille? Non, assurément parce qu'il y avait,si un sondage était réalisé, plus de gens contre cette marche que pour, et si qui sont contre se réunissaient et rencontraient les marcheurs de Zaïda, imaginez la suite! Bien vrai que nos voies, notre sécurité et nos hôpitaux sont des priorités, mais il ne faut pas laisser non plus la pagaille s'organiser et s'installer en plus de ce qui est déjà là.
Citer
0 #2 Alassane Fatao Z 23-10-2017 07:07
Pascal Zaîda s’est laissé rouler dans la farine par les politiciens cyniques qui le manipulent sournoisement. Il aurait dû se contenter de ce qu’il faisait d’habitude .à savoir des conférences de presse et déclarations. On l’a poussé à descendre dans la rue pour dire ce qu’il disait tout le temps à travers les médias. Les forces de sécurité qui sont dans leur rôle régalien, l’ont arrêté avec certains disciples pour rétablir l’ordre républicain face aux risques de troubles à l’ordre public. C’est sûr, les politiciens qui l’ont instrumentalisé n’iront pas s’afficher pour lui rendre visite. Ils enverront peut-être des émissaires avec des messages d’encouragement à garder le moral. Pendant ce temps Zaîda et sa famille vont souffrir inutilement. Cela devrait servir de leçon à tous les anarchistes pour qu’ils sachent qu’ils ne sauraient défier impunément l’autorité de l’Etat dans une république.
Citer
0 #1 Sidzabda 22-10-2017 23:02
Oui on fait des martyrs à peu de frais surtout si un organe de la trempe de l'Observateur consacre trois article sur ce sujet, cela veut que le jeu en vaut la chandelle. alors, il ne faut pas critiquer inutilement Simon et les autres car vous ne faites pas mieux qu'eux. et si c'était possible pourquoi n'allait pas créer une formation politique pour conquérir le pouvoir d'Etat et le gérer, là vous saurez que la chose la plus facile, c'est la critique
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut