Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Assassinat de Thomas Sankara : «La France se doit de répondre» (Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale française)

Le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone Le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone

Depuis hier, mercredi 22 mars 2017, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale de France, effectue une visite d’amitié et de travail de 48 heures au Burkina Faso. Après qu’il a été accueilli à sa descente d’avion par le vice-président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Me Bénéwendé S. Sankara, et qu’il a briefé les journalistes sur l’objet de sa visite, des questions lui ont été posées sur les réticences, supposées ou avérées, de la justice française à mettre à disposition des dossiers ayant trait à l’assassinat de Thomas Sankara. Foi de l’hôte de marque de Salifou Diallo, son pays se doit de répondre favorablement à cette demande.

 

Pouvez-vous nous décliner l’objet de votre visite au Burkina Faso ?

 

C’est une visite qui renforce l’esprit politique entre nos deux présidents et entre nos deux gouvernements, qui travaillent et échangent à travers des rencontres, aussi bien à Ouagadougou qu’à Paris. J’ai eu  moi-même l’occasion de recevoir votre président en 2016. Notre visite va surtout permettre de renforcer les relations entre nos deux Assemblées. Nous entretenons des relations de partenariat régulières. La rencontre entre représentants du peuple permet également de renforcer les liens historiques qui existent depuis longtemps entre ces deux pays qui, rappelons-le, sont confrontés au même combat contre le terrorisme. Dès mon arrivée, je disais à  mon collègue (Bénéwendé S. Sankara) que nous avions été victimes des mêmes peines à deux mois d’intervalle : la France a subi des attentats le 13 novembre 2015, à Paris, et le Burkina le 15 janvier 2016, à Ouagadougou. Lorsque deux pays amis sont soumis aux mêmes attaques et aux mêmes peines, il y a de quoi resserrer plus les liens.

 

C’est dire que pendant votre séjour, il y aura des discussions sur la lutte contre le terrorisme ?

 

Bien sûr ! La lutte contre le terrorisme n’est pas arrêtée une fois pour toutes et nous sommes décidés à combattre ce mal.  Il faut savoir s’adapter et tenir compte de l’organisation qui se doit d’être toujours changeante. Et au Burkina Faso, l’on voit que des réflexions sur les actions transfrontalières et frontalières sont menées, notamment dans le cadre du G5, avec la France, son armée et ses forces spéciales en particulier.

 

Sur l’affaire Thomas Sankara, dans laquelle celui-là même qui vous a accueilli est un des avocats, il est fait cas d’une certaine réticence de la justice française à remettre des dossiers ayant trait à cet assassinat. Qu’en dites-vous ?

 

Vous savez, il vous suffit de suivre l’actualité pour vous rendre compte à quel point la justice française est très libre. Lorsque vous constatez l’action de cette justice, surtout pendant les périodes de campagne électorale, vous pouvez vous faire une idée de son degré de liberté. Je vous le dis, nous sommes pour que la justice française réponde à toutes les demandes qui émaneront de la justice du Burkina Faso, afin qu’il ne puisse pas subsister le moindre doute sur les relations qui doivent exister entre les deux pays. La justice doit donc faire son travail et la vérité triompher.

 

Propos recueillis par

 Issa K. Barry

Commentaires   

0 #3 Sacksida 26-03-2017 10:13
De toutes les façons, ils doivent lever le secret défense sur le dossier Thomas Sankara, afin que les peuples africains et d’ailleurs sachent les détails de ce crime odieux et politique. Mais, il ne faut pas se voiler la face, car les patriotes africains ou les panafricains savent très bien que ce leader progressiste africain qui dérangeait des intérêts de puissances dominatrices a été assassiné par les valets locaux et qui les ont instrumentalisé s par l’impérialisme international.
Citer
0 #2 Kanzim 23-03-2017 16:15
Fasse le Ciel que le français dise vrai, et parle avec conviction. On connaît la valeur de la parole d’un politicien, qui se résume à n’être qu’une stratégie de circonstance en vue d’obtenir ne voix électorale, un marché, un djembé rempli de billets, ou des concessions pour les entreprises de son pays. Adama DAHICO de notre cousin de Côte d’Ivoire se serait exclamé « ehh djaaa, ça va être drap…», et à la NAFA comme au MPP, on aurait dit « allons seulement ». Même si la tremblote commence à prendre les fonds de caleçons de beaucoup dans beaucoup de partis. Espérant en tout cas, que la promesse ne reste pas vaine, parce que le président de l’Assemblée de France est un grand homme, même si ses vestes sont souvent étriquées. J’espère que Madame Laure ZONGO lui fera visiter les ateliers de confection des pagnes Faso-dan-Fani, pour se procurer de larges et jolis pagnes
Citer
0 #1 Vidi 23-03-2017 07:58
Si la France refusait de lever le secret-défense sur l'assassinat de Thomas SANKARA, "il pourrait y avoir des conséquences très néfastes dans les relations entre la France et le Burkina Faso, dans les relations entre la France et les pays africains, dans les relations entre la France et tous les pays qui aujourd’hui sont d’accord avec le Burkina Faso pour exiger la vérité et la justice" dans cet assassinat. Je savais qu'après cette récente déclaration de Maître SANKARA sur les antennes de RFI (déclaration également publiée sur www.rfi.fr), cette ancienne métropole ne pouvait pas ne pas dépêcher quelqu'un à Ouagadougou. Dieu fasse que ce ne soit pas dans le but de noyer davantage ce dossier qui souffre depuis plus de trente (30) ans et dont on accuse, à tort ou à juste raison, la justice burkinabè. Dites lui aussi que notre justice est indépendante.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut