Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Démissions en cascade au MPP : Retour de bâton

Il y a quelque chose de « pitiant » dans cette affaire. Depuis plusieurs semaines, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) est en proie à des vagues de démissions de militants qui, comme s’ils s’étaient concertés, racontent tous la même histoire : d’abord un chapelet de griefs égrenés contre les dirigeants, qui auraient reproduit les tares qu’ils traînaient au CDP ; puis, comme il vaut toujours mieux avoir l’original que la copie, ils préfèrent repartir dans le parti majoritaire et blablabla blablabla. Il y eut d’abord Mohamed Traoré à Ouaga, Alfred à Pabré, Bakary Traoré, dit le Parisien, à Banfora, Armand Sawadogo à Bobo-Dioulasso ; en attendant les prochains départs de ce tour du Faso des démissions dont la concordance est trop belle pour n’avoir pas été suscitée par le camp d’en face. On eût dit que dans la majorité, les gourous locaux, pour montrer qu’ils tiennent toujours leur fief malgré la fracture de janvier dernier, participent au concours du «je ferai démissionner plus de gens que toi».

 

Sauf que jusque-là, pour reprendre le refrain d’un artiste, les éléphants annoncés sont arrivés avec des pieds cassés. Car en attendant que la pêche aux démissions prenne dans ses filets de gros poissons, c’est des alevins impropres à la consommation qui ont mordu à l’hameçon. Des généraux de pacotille à la tête de troupes fantômes qui ont été souvent mangés à toutes les sauces possibles et imaginables et qui n’ont depuis plus aucune saveur. Des saltimbanques de la politique incapables même de rendre correctement les textes que leurs commanditaires ont rédigés pour eux. Ce qui n’empêche pas les médias, qui savent « fabriquer de faux héros », d’amplifier leur voix pour sacrifier au sacro-saint principe d’impartialité et d’équité pour ceux qui s’en soucient encore.

On ne sait pas jusqu’où l’hémorragie continuera à saigner le MPP, mais une chose est sûre, que les accusations des démissionnaires soient vraies ou fausses, elles apportent de l’eau au moulin des Cassandre qui avaient parié, dès la naissance de ce bébé aux dents déjà bien acérées, qu’il ferait long feu. En tout cas Roch, Salif, Simon et tutti quanti se seraient bien passés de cette mauvaise publicité qui n’arrange pas forcément leurs affaires, eux qui doivent chaque jour administrer la preuve de leur métamorphose positive après avoir travaillé des décennies durant, parfois avec zèle, à la fabrication du monstre qu’ils combattent aujourd’hui.

Il faut dire que l’histoire a quelquefois de ces bégaiements qui font sourire, et l’épreuve que traverse en ce moment le MPP s’apparente à un retour de manivelle tant ses premiers responsables étaient passés maîtres dans l’art de la liquidation des partis de l’opposition, avec, comme expert en la matière, un certain Salif Diallo. On ne sait pas si sa réputation est surfaite ou pas, mais on lui attribue le divorce entre Gilbert Ouédraogo et Hermann Yaméogo de l’ADF/RDA, obligeant le second cité à ressusciter l’UNDD. La guerre fratricide entre Hermann et Salvador, son puîné (aujourd’hui réconciliés), ce serait encore lui. Et que dire de l’affaire dite des 30 millions jetés en pâture à Emile Paré (aujourd’hui au MPP) et à Laurent Bado et qui a fait exploser en son temps l’OBU en plein vol ? On pourrait multiplier les exemples.

Que donc de nos jours, Roch parle des « officines secrètes » du CDP, qui seraient à l’origine de ces démissions instrumentalisées, lui qui a pourtant géré lesdites officines pendant dix ans, voilà qui est savoureux . Que Gorba stigmatisent « les intestins fragiles », qui céderaient trop facilement à l’appât du gain, lui qui savait y faire, dit-on, avec les estomacs affamés, voilà qui ne manque pas de piment. C’est l’éternelle histoire du bourreau qui redoute le gourdin quand vient son tour de monter sur l’échafaud.

Mais parce qu’ils ont pactisé longtemps avec celui qui est dépeint actuellement comme le diable de Kosyam, Roch et compagnie devaient bien se douter qu’il n’y aurait jamais de paix tant qu’il ne les aura pas « terminés ».

Tant mieux pour eux s’ils ont l’antidote, sinon c’est tant pis, car Blaise ne leur fera aucun cadeau. Qu’ils se le tiennent pour dit, même si ces montages grossiers, auxquels pas grand monde ne croit, pourraient à la longue se retourner contre leurs instigateurs.

 

La Rédaction

Commentaires   

0 #7 empereur the threat 16-09-2014 10:46
Moi je dirai que le Mpp est la source même de ses démissions!
Quand on crait quelque chose il faut aller étape par étape pour pouvoir consolider cette chose et non aller 1000 à l'heure! Et je dirai que cela me fond le coeur de voir des intellectuels réfléchir ainsi!
Que Dieu bénisse notre beau pays le Burkina
Citer
0 #6 Boutie 16-09-2014 01:31
Voici au moins une rédaction lucide. Merci encore pour l'analyse
Citer
0 #5 matyp&KEmp 15-09-2014 14:30
Merci à la rédaction pour cet article. Il est très bien écrit et les vérités qui y sont dites sont "vraies". Et tout ça, avec le style.
Citer
0 #4 Alex 15-09-2014 12:04
ça fait pitié si le gigantesque parti au pouvoir en vient à manigancer de telles basses. Que Dieu ait pitié de tous ces commanditaires qui sont en ce moment entrain d'agoniser.
Citer
0 #3 nits 15-09-2014 09:09
:sad:
Citer
0 #2 nits 15-09-2014 09:08
QUI TUE PAR L'EPEE PERIRA PAR L'EPEE...
Citer
0 #1 ily 15-09-2014 07:27
allez travailler au lieu de compter sur la politique
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut