Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Champion’s league africaine de volley-ball : L’AS Douanes à l’épreuve des blessures et de la fatigue

Défaite en match comptant pour la 9e place de la Ligue africaine des champions de volley-ball (Tunisie 2015), l’AS Douanes est encore tombée dans la conquête du 14e rang. Face à l’Espoir du Congo le dimanche 15 mars 2015, les Gabelous étaient seulement émoussés, mais ont dû faire avec 3 joueurs forfaits.

 

Le haut niveau en volley-ball, c’est la capacité d’enchaîner des matches en 24 heures d’intervalle. Et là, ça ne pardonne pas lorsqu’on n’a pas les ressources nécessaires. L’AS Douanes est en train d’en faire l’amère expérience. Le métier est dur, comme on le dit dans le milieu volley-ballistique. Vaincus le vendredi 13 mars 2015 par la Prison Club du Kenya par 3 sets à 0 en match comptant pour la 9e place du championnat d’Afrique des clubs champions, les Douaniers burkinabè ont affronté le dimanche 15 l’Espoir volley-ball club du Congo pour la 13e place.

L’on se disait que l’adversaire était à la portée. Erreur, il fallait composer avec la fatigue du tournoi et aussi les blessures (Alassane Tioro, Moctar Allo et Karim Sourabié, tous out). Cette situation a amené le coach Pierre Guiguemdé à remanier son 6 majeur. Il jette dans le bain Mathieu Dah, Siaka Diarra et Aboubacar Bondé, les réservistes. Seuls Abdoulaye Adamou et Ousmane Bamba sont conservés.

Cette équipe B essaie, d’entrée, de donner satisfaction à son coach, mais elle est vite dominée par le Congo qui remporte le 1er et le 2e set (25-21 et 25-22). Entre-temps, les titulaires avaient fait leur retour, mais l’adversaire avait pris confiance. L’AS Douanes revient au 3e set (25-23), mais se voit surplomber au 4e (11-25). 3 sets à 1 sur l’ensemble de la rencontre. Visiblement, les matches deviennent comme des tortures. Les jambes et les mains ne répondent plus au commandement du cerveau. Or il reste à jouer le dernier match pour la 15e place. Pourvu qu’il soit mieux que les 3 dernières sorties.

 

De notre envoyé spécial en Tunisie,

Kader Traoré

 

 

Pierre Guiguemdé, coach de l’AS Douanes

« On fera avec ce qui nous reste comme minutions »

 

Coach, depuis les 4 jours, vous avez enchaîné 3 défaites, est-ce que votre équipe manque de ressources pour réagir ?

 

Oui, il nous manque des ressources physiques qui ont impacté sur la motivation et l’envie de jouer de l’équipe. C’est vraiment dommage, car l’on pensait que nous allons pouvoir rebondir au match d’hier dimanche contre Espoir du Congo, mais les blessures aidant, ça fait que le moral a pris un coup. Cela a eu pour conséquence de nous laisser assister à un spectacle très moyen avec un jeu décousu et déplaisant. Avec les forfaits, on essaie de colmater les brèches, mais c’est vraiment difficile.

 

Est-ce la fatigue et les blessures qui vous ont obligé à remanier votre groupe des 6 joueurs entrants ?

 

Il y a Moctar Allo et le capitaine, Alassane Tioro, qui étaient blessés. Il y a Gaoussou Sidibé qui se plaignait déjà un peu. Donc on s’est dit qu’on allait donner la chance à ceux qui n’avaient pas beaucoup joué de démarrer le match. Ils ont bien réagi au départ et après, au 2e temps-mort technique (16 points), ils ont plongé et nous avons perdu le set à 21-25. Nous avons ramené les titulaires pour recréer un autre dynamisme, malheureusement la mayonnaise n’a pas pris.

 

Le groupe n’est-il pas au bout du souffle ?

 

Presque ; ce lundi, on verra s’il y a un second souffle ou un sursaut d’orgueil. Je le souhaite pour eux, parce qu’il le mérite. On est déjà classé parmi les 16 meilleurs (sur 24 équipes), mais une petite place en dessous des 16 ne nous fera pas du mal. Je pense que les Congolais étaient à notre portée, mais on vient de rater la 14e place. Nous allons essayer de motiver les joueurs afin qu’ils réagissent promptement lors de leur dernière sortie dans cette compétition.

 

Qu’est-ce qui fait la différence entre l’AS Douanes et les autres clubs en termes de manque de récupération ?

Nous n’avons pas subi les mêmes programmes de préparation et les mêmes compétitions avant celle-ci. L’AS Douanes est venue directement d’une phase de préparation physique. On n’a pas eu de match de préparation, car notre championnat n’a pas encore démarré. Ensuite, dans notre tête, l’on se disait qu’on était venu à Tunisie pour simplement voir et apprendre le volley-ball de haut niveau. Mais nous nous sommes rendu compte qu’on pouvait avoir notre mot à dire, surtout dans certains matches. Cependant, la fatigue est venue embrayée notre machine. Nous n’avons qu’un mois de préparation.

Donc pour nous, c’est la préparation physique et moral d’avant- l’ouverture de la saison qui continue.

 

Maintenant que vous avez 4 joueurs qui sont presque forfaits pour le dernier match, comment allez-vous composer votre équipe ?

 

On va faire avec ce qui reste. Il faut même dire que c’est 5 joueurs forfaits, car nous avons démarré la compétition sans un élément, qui n’a pas pu prendre le départ à Ouaga. Nous ferons l’état des lieux, sinon nous serons obligés de composer avec ce que nous aurons comme joueurs valides. Je me dis que les rescapés vont tout de même se battre jusqu’au bout.

 

Pressé que la compétition finisse et pressé de mettre fin à cette hémorragie ?

 

Non, pas pressé, nous voulons aussi voir jusqu’où nous sommes capables de pousser les limites de nos efforts. Nous verrons s’il nous reste encore un sursaut d’orgueil. Il faut dire que c’est la première fois que nous assistons à une si longue compétition. C’est vrai qu’on a envie de retourner au pays, mais il faut quand même marquer notre passage par un bon dernier match. Après, on pourra rentrer tranquillement pour retrouver nos familles.

 

Propos recueillis en Tunisie par

Kader Traoré

 

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut