Menu
Une lettre pour Laye

Une lettre pour Laye (106)

Une lettre pour Laye : Roch a aussi un mot à dire à Macron

 

Cher Wambi,

 

J’ai appris que le projet de l’Armée qui avait décidé de ravitailler Djibo en carburant suite à une sévère pénurie dans la ville a fait long feu. Il m’est revenu que, depuis le drame du premier voyage, avec au retour le convoi attaqué et un conducteur égorgé, l’opération a été stoppée net.

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Le drôle de soutien de l’Oncle Sam

 

Cher Wambi,

 

Toujours dans le domaine sécuritaire, ces derniers temps,  des hommes  politiques, des OSC et même des personnalités de premier plan qui devraient pourtant avoir un minimum de réserve  réclament à  cor et à cri  une  enquête parlementaire et un  audit du ministère de la Défense nationale et des Anciens Combattants. Dernier en date à emboucher cette trompette de la transparence, le CFOP au cours d’une conférence de presse tenue le mardi 26 novembre courant  et dont le journal de ton oncle Nakibeugo s’est fait l’écho le lendemain.

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Un terroriste s’échappe encore d’un hôpital

 

Cher Wambi,

 

Aussi bien à Ouagadougou, à Bamako qu’à Niamey, on ne sait plus à qui crier son ras-le-bol face aux attaques terroristes de plus en plus récurrentes et meurtrières.

Quand ce ne sont pas les uns qui pointent un doigt accusateur sur les autorités politiques et militaires pour leur manque de vision et de stratégie efficiente dans la lutte contre le terrorisme, ce sont les autres qui accablent les forces étrangères présentes à nos côtés dans cette guerre asymétrique qui n’a que trop duré et trop affecté nos Etats.

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Si même le pape prie pour le Faso…

 

Cher Wambi,

 

En attendant le bilan de la campagne agricole que les techniciens du ministère de l’Agriculture vont bientôt établir, les services de l’ASECNA Burkina Faso, qui ont toujours fait l’amitié au journal de ton oncle Nakibeuogo de lui envoyer les données pluviométriques hebdomadaires, ont, quant à eux, procédé au calcul des cumuls des quantités d’eau tombées au cours de la saison 2019.

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Quand Roch tire plus vite que son ombre

 

Cher Wambi,

 

Nous sommes pratiquement au mois d’octobre, mais Dame Pluie continue d’ouvrir ses vannes sur notre pays, au grand bonheur des agriculteurs. Seule la localité de Boromo n’a pas eu de pluie durant la période allant du 19 au 25 septembre 2019. Je m’empresse d’ailleurs de te livrer le relevé pluviométrique de cette période que les services de l’ASECNA m’ont communiqué : Dori : 1,4 mm, Ouahigouya : 2,9 mm, Ouagadougou Aéro : 4,8 mm, Dédougou : 14 mm, Fada N’Gourma : 17,7 mm, Bobo-Dioulasso : 4,5 mm, Boromo : 0 mm, Pô : 8,7 mm, Gaoua : 22 mm et Bogandé : 11,3 mm.

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Diendéré attaque sa condamnation

Cher Wambi,

Les aiguilleurs du ciel, ainsi qu’on nomme les spécialistes de la météo, l’avaient annoncé : les caractéristiques agro-climatologiques de 2019 seront contrastées. En effet, au cours d’une conférence de presse donnée en mai, l’Agence nationale de la météorologie (ANAM) tablait sur un cumul pluviométrique normal à tendance excédentaire sur la majeure partie du territoire national à l’exception des localités situées dans les régions des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest où il est attendu une situation déficitaire à tendance normale. Je sais que tu ne comprends que dalle à ce jargon technique, et ta seule préoccupation, c’est de savoir si les récoltes seront bonnes. La réponse viendra bientôt avec la période des moissons qui pointe à l’horizon, et je souhaite évidemment, qu’elles soient bonnes.

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Adama Kanazoé se rapproche de Me Sankara

 

Cher Wambi,

 

Lentement mais sûrement, la saison pluvieuse tire à sa fin. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est avec  anxiété que nos braves paysans entrevoient la période des récoltes, eux qui n’ont pourtant pas rechigné à se consacrer aux travaux champêtres, loin s’en faut.  A l’origine de cette inquiétude, il faut d’abord relever l’installation tardive de l’hivernage dans la majeure partie du territoire national. Ce qui explique que, par endroits, la physionomie de la campagne agricole 2019-2020  suscite bien des soucis.

En savoir plus...

Lutte antiterroriste : Simulation aujourd’hui au palais des Sports

 

Cher Wambi,

 

Après un mois d’août qui a tenu par-ci par-là ses promesses, nous voilà en septembre, synonyme de fin de la saison pluvieuse. Si, par endroits, la campagne agricole présente une physionomie qui incite à l’optimisme, il faut reconnaître qu’elle suscite des inquiétudes dans bien des contrées. Mais il est trop tôt pour s’en alarmer quand on sait que Dame Nature sait parfois nous réserver de bonnes surprises. Donc rien ne dit qu’elle ne continuera pas de nous gratifier de sa générosité durant une bonne période de ce mois de septembre. En attendant que les mânes des ancêtres exaucent nos vœux, voici les quantités d’eau recueillies dans les différentes stations de l’ASECNA durant la semaine du jeudi 29 août au mercredi 4 septembre 2019 :

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Deuil national de 72 heures

 

Cher Wambi,

Après une quinzaine de jours de caprices au cours du mois d’août, Dame Nature fait enfin preuve de générosité, en tout cas en ce qui concerne la région du Centre. Et gageons qu’elle en fera de même jusqu’à la fin de l’hivernage au grand bonheur des paysans, qui ne demandent que du « saako songô », autrement dit une «bonne pluviométrie».

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS