Menu
Une lettre pour Laye

Une lettre pour Laye (106)

Une Lettre pour Laye : Deux agents de Telecel et leur chauffeur portés disparus

 

Cher Wambi,

Cher Wambi, c’est demain que s’ouvre la 26e édition du célèbre Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO), une des plus belles vitrines de notre pays. Ce sera le 50e anniversaire puisque sa genèse remonte à la première Semaine du cinéma africain organisée à Ouagadougou du 7 au 15 février 1969. Février 1969 - février 2019, ça fait bien 50 ans. Mais qu’est-ce qui a présidé à l’organisation de cette première Semaine du cinéma africain à Ouagadougou ?

En savoir plus...

Une Lettre pour Laye : 14 terroristes tués : croire ou ne pas croire ?

Cher Wambi,

 Je n’aurai même pas eu le temps de me réjouir. Les bonnes nouvelles du front sont tellement  rares que, pour une fois que j’en recevais, j’étais pris d’une certaine fébrilité. Après l’attaque de Kain-Ouro dans le Yatenga (là où, tu te rappelles, ton défunt beau-frère a servi comme préfet), qui aurait fait une quinzaine de morts le lundi 4 février 2019, l’état-major général des armées a publié un communiqué selon lequel les Forces de défense et de sécurité ont effectué un ratissage terrestre et aérien à l’issue duquel «146 terroristes ont été neutralisés». Cher cousin, en langage militaire, neutraliser signifie en français facile « tuer ». Certains de leurs thuriféraires ont vite fait d’ailleurs d’y voir la première victoire du trio Sy Chériff-Compaoré Ousséni-Miningou Moïse, récemment installés aux ministères de la Défense, de la Sécurité et à l’état-major général des armées.

En savoir plus...

Une Lettre pour Laye : Saison des grenouillages au CDP

 

Cher Wambi,

 

On ne sait pas ce qui se passe mais il y a comme une épidémie d’agressions contre les enseignants du primaire dans notre pays. Tu te rappelles, sans doute, le cas de cette directrice d’une école de Mogtédo, dans le Ganzourgou, qui a été passée à tabac par un parent d’élève le 24 janvier 2019 au motif que la pauvre dame a refusé d’octroyer une autorisation de 12 jours d’absence, pour ne pas dire de congé, à son rejeton. Deux jours plus tôt, soit le 22 précisément, c’est dans la ville de Sya, à Bobo-Dioulasso, qu’un parent, aidé d’un gros bras, a frappé deux instituteurs de l’école Farakan A devant des élèves médusés.

En savoir plus...

Salif Kaboré : Les raisons d'un non-lieu

Cher Wambi,

Tu te rappelles que, sous le gouvernement de la Transition, Lamoussa Salif Kaboré, ex-directeur général de la SONABEL et ancien ministre de l’Energie sous Blaise Compaoré,avait été interpellé par la gendarmerie de Boulmiougou et déposé à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) le 10 avril 2015.

En savoir plus...

Une Lettre pour Laye : Ça plane pour l’armée burkinabè

 

Cher Wambi,

 

L’année 2019 a commencé dans le sang, encore le sang et toujours le sang. Ça pète de partout au point que les Forces de défense et de sécurité (FDS) ne savent même plus à quel saint se vouer ou plutôt vers quel front se tourner. Parmi les difficultés qui assaillent nos soldats dans cette lutte contre le terrorisme, il y a, tu le sais, le problème des moyens logistiques dont nos hommes ont besoin pour être efficaces sur le terrain.

En savoir plus...

Une Lettre pour Laye : La Police attend ses deux PKMS

 

Cher Wambi,

Que devient, cher Wambi, le terrain vide de l’ancien camp fonctionnaire au côté nord de la cathédrale de Ouagadougou?

Tu te rappelles que, dans le cadre de l’aménagement du projet ZACA, les habitants de ce qui fut la première cité de la capitale avaient opposé la plus vive résistance au déguerpissement. Mais ils ont fini par entendre raison quand on leur a fait savoir qu’en fait on devrait y réaliser un grand projet d’utilité publique, notamment un grand parking à niveaux qui devrait non seulement aider à décongestionner la circulation en centre-ville mais également produire des recettes pour la commune.

En savoir plus...

Une Lettre pour Laye : Lopez confrontée à son accusateur

 

Cher Wambi,

Un accusé qui bénéficie de la liberté provisoire est-il libre de ses mouvements ? Autrement dit, dispose-t-il de la liberté d’aller et de venir ? Cette question mérite d’être posée et d’être clarifiée une bonne fois pour toutes. En effet, elle revient comme une antienne ces derniers temps, notamment concernant les accusés qui sont en liberté provisoire dans le dossier du putsch manqué de septembre 2015.

En savoir plus...

Une Lettre pour Laye : Pour qui se prend Rama la Slameuse ?

 

De Boussouma me viennent des nouvelles loin d’être réjouissantes. En effet, un parfum de fatwa contre l’ancien édile de la capitale du Royaume flotterait dans l’air. Il me revient que des notables auraient approché Issaka Isidore Ouédraogo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, pour lui suggérer avec insistance d’aller saluer le Dima dans le sens d’une opération de réconciliation pour une unité réelle de tous les fils du royaume. C’est un secret de Polichinelle que les deux hommes ne boivent pas dans la même calebasse depuis belle lurette ; une histoire alambiquée comme seules peuvent en produire les cours royales.

En savoir plus...

Une Lettre pour Laye : L’affaire dans l’affaire François

 

Cher Wambi,

 

Le 29 octobre 2017 alors qu’il revenait d’Abidjan, François Compaoré, frère cadet de Blaise Compaoré, a été cueilli à Paris à sa descente d’avion par la police des frontières à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle. C’était en exécution du mandat d’arrêt transmis à Interpol par le Burkina Faso dans le cadre de l’instruction judiciaire du dossier de l’assassinat de Norbert  Zongo,  le directeur de publication de l’hebdomadaire « L’Indépendant ».

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS